Igor Troubetzkoi

Texto de IGOR TROUBETZKOI

L’Œuvre de Manuel Aguiar contient en puissance sa  propre éloquence,tout commentaire semble superflu.
Mais notre sensibilité est tellement sollicitée,épuisée,énervée par tous les faux-semblants,trompe-l’œil,mensonges,répétitions et variations sur répétitions qui fourmillent dans notre espace de plus en plus cloisonné,sur nos murs de plus en plus nombreux, qu’il peut nous arriver de passer sans reconnaître.
Les œuvres qu’Aguiar nous presente aujourd’hui méritent une pause;elles valent le temps que leurs faut pour pénétrer jusqu’à nous.Entre leur justesse,leur vérité,leur permanence,leur présence,passe comme un rythme,une pulsation de Vie.Ce sont des moments uniques,des “ Instants-Roi ”nés d’une fois,plus jamais et pour toujours.Ils émanent d’un homme qui aurait honte de nous toucher par des associations,assertions ou apparentements faciles;qui préfère passer inaperçu que de manquer le côté intuitif de notre cœur..C’est un message très authentique,très rare,et par conséquent très important de l’art d’aujourd’hui.

IGOR TROUBETZKOI

—————-Introducción de la Exposición de M.Aguiar en 1959 en Paris, Galerie du Haut Pavé – Quai Montebello – Marchand de Nicholas de Stael et Sergei Poliakoff